La Cour d'Octroi est une association qui a pour but de stimuler la créativité et le développement d'activités culturelles et artistiques sur le territoire. Elle se situe à Bollezeele, dans le Nord de la France, en Flandre, entre Dunkerque et Saint Omer.



samedi 5 octobre 2013

Ce soir, c'est cinéma...

Dans le cadre des Artcueillées, La COur d'OctrOi diffuse le film de 

Monique Quintart,

"PLUTÔT LA VIE"

Samedi 12 octobre à 19 heures
Salle Dehaene - Grand Place - 59470 Bollezeele (Nord de la France)

Nous faisant l'honneur de participer à cet évènement, Monique Quintart est cinéaste documentaire belge de renommée internationale puisque ses films ont été diffusés sur La Deux en Belgique et sur ARTE et  lors de nombreux festivals. 

Monique Quintart sera présente et est prête à échanger sur son métier et à répondre à toutes les questions sur la réalisation d'un film et la rencontre avec la protagoniste de son film : Myriam Mallié, conteuse et écrivain.

Ce film suit pas à pas, l'aventure extraordinaire de l'idée du conte, de son écriture et sa mise en scène jusqu'aux premières phrases du spectacle. Un beau film émouvant et fort sur la création

La libre Belgique :
"Monique Quintart a rencontré Myriam Maillié, a été séduite par la passion de cette conteuse, si curieuse de la vie, si enthousiaste dans ses mots. Un film en est né, un film difficile à concevoir pour Monique Quintart jusqu'à ce que Myriam lui parle de Gilgamesh, l'homme qui ne voulait pas mourir, la plus vieille épopée de l'humanité, encore méconnue.

C'était au temps où les hommes inventés l'écriture, et ils ont gravé l'histoire de Gilgamesh sur des tablettes d'argile. Celles-ci existent toujours, exposées au British Museum. Elles contiennent un récit inventé à partir de la vie de celui qui fut sans doute le roi de la cité-Etat d'Uruk vers 2700 avant J.C. Cela se passait du côté du Tigre et de l'Euphrate...

Traduite pas Jean Bottéro, cette épopée avait ébloui Myriam Mallié et la conteuse était justement occupée à l'adapter en conte. La réalisatrice en est devenue sa première spectatrice et c'est de l'éclosion de cette histoire dont parle son film.

Itinéraire du héros, voyage intérieur, évolution de la forme, tout dans le conte parle de transformation. Il s'agissait de filmer aussi une transformation : le travail de recréation de l'épopée et de sont appropriation par une conteuse d'aujourd'hui. depuis l'écriture jusqu'à sa première représentation, là où l'improvisation domine, sur les bases de l'écriture.

Ce film tente de montrer la création en devenir, à partir de cette véritable matière première qu'est l'histoire à laquelle la conteuse redonne vie."

Comme pour l'ensemble des activités et expositions des Artcueillées, l'entrée est gratuite...

Bienvenue à tous

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire