La Cour d'Octroi est une association qui a pour but de stimuler la créativité et le développement d'activités culturelles et artistiques sur le territoire. Elle se situe à Bollezeele, dans le Nord de la France, en Flandre, entre Dunkerque et Saint Omer.



mercredi 20 juin 2012

Cadavre exquis

Olivier anime un atelier d'écriture depuis plusieurs années.

Présent à la Fête à l'Artiste, il a proposé de créer un "cadavre exquis". 

Cette expression a été inventée par les Surréalistes. Le premier inscrit un phrase, puis laisse apparents les derniers mots. Le suivant continue le texte, puis cache à son tour... et ainsi de suite.



Voici ce que cela donne : 

LA FETE A L’ARTISTE

RECETTE : quelques pas à l’écart du monde, une idée, des rencontres, un jardin, un peu de vent pour éloigner les nuages, s’éloigner de l’image et se laisser emporter dans des rêves fous … et se prosterner jusqu’à plus soif malgré ses problèmes de dos, pour que la vie cesse d’être monochrome.

Vive la couleur, les peaux qui se touchent, s’étreignent et se trouvent. Quoi de plus morne que l’uniforme, la forme unique et banale pourtant tellement jolie avec ses yeux noisette, le champ de blé de ses cheveux et ses joues roses bombées par des fraises volées plus tôt.

J’avais cru rater mon précieux rendez-vous mais rien ne laissait présage que j’aimerai ces peaux de cadavre. Exquis ce cadavre ! Clean, inodore et insipide … On en mangerait, si on avait une petite faim, quoique, en tant que vampire, je préfère le sang frais, l’hémoglobine, c’est ma bibine ; rien à faire, je ne parviens pas à décrocher. C’est rouge, juteux, gluant et ça me fait penser au vin de messe, bien rouge du sang du Christ. Qui c’est celui-là ? Christine, je préfère … Je me sens complètement idiote, comme d’hab’.

Les feuilles manifestent, un peu trop de vent … des éclats de rire. L’animal a ri de voir son maître en si mauvaise posture. Il ne sera pas dit que le rire est le propre de l’homme, qui est de vivre en conscience chaque instant de la vie, de la goûter, de le sentir, de l’inscrire au plus profond de lui-même. Puis de s’en souvenir pour grandir encore … Pour pouvoir encore et encore, écrire, chanter, coudre, peindre, dessiner, conter, sculpter et pétrir la terre … dans la cour d’octroi.

Texte collectif
16 juin 2012

Belle journée à toutes et tous. 

A bientôt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire